Accueil Les Aiglons Aiglons vus par Actualités Histoire Mais aussi Discographie Photos - Videos Revue de presse Contact Liens favoris


Copyright © 2014 - Christian Schlatter


Retrouvailles à Paris, lors de la pose de la plaque rappelant l’existence du
«Golf Drouot», le 24 février 2014.

Dans la cour de la mairie du IXème Arrondissement (de gauche à droite, Christian Schlatter (batteur), Jean-Marc Blanc (pianiste), Marco Vifian (producteur des Aiglons en 1965) et Antoine Ottino (bassiste).

Au Comptoir Suisse 2014, le quotidien 24 Heures a installé un "quizz" concernant les années 63/64 et l'Expo… Une question concerne les Aiglons…

Le 2 août 2015 la RTS a publié sur son site un reportage sur les Aiglons avec une interview de Christian Schlatter.

Courrier des lecteurs - Quotidien 24 HEURES du 6 Novembre 2015

L'esprit des lieux...

Rock and roll à Chailly (Lausanne)

"Quel plaisir de lire l’évocation du quartier de Chailly, cette petite ville perchée sur une colline de Lausanne. Le moment aussi de rappeler l’existence d’un groupe de rock suisse des sixties, les Aiglons, dont tous les apprentis-musiciens étaient natifs de ce lieu.

Fondé en 1961 par Laurent Florian et Léon Francioli (16, av. de Chailly), rejoints par Antoine Ottino (Chailly-Village), Christian Schlatter (Béthusy) et Jean-Marc Blanc (Pully), le groupe eut deux dénominateurs communs: le collège de Béthusy et l’arrière-salle-jeu-de-quilles du Café du Pont de Chailly. Où les Aiglons façonnèrent un répertoire de rock instrumental aux sonorités tellement novatrices que le show business parisien leur ouvrit la porte du succès.

«Stalactite», «Panorama», «Expo 64» et «Balzac 10-10» les principaux tubes des Aiglons se vendirent, depuis Paris et les bureaux d’Eddie Barclay, à plus d’un million d’exemplaires (super-45 tours) dans une vingtaine de pays, dont les Etats-Unis, où on les nomma «The Eagles», bien avant d’autres Eagles, ces usurpateurs qui créèrent «Hôtel California» vingt ans plus tard!

Anecdote: les Aiglons eurent très froid, lors de l’hiver 62/63, dans le jeu de quille du Café du Pont de Chailly, mis à disposition par la famille Bernard. Motif: on avait coupé un chauffage bien trop onéreux. Les musiciens gardèrent la tête froide et le rock réchauffa l’atmosphère, offrant aux cinq garçons l’occasion de connaître une aventure extraordinaire, à travers toute l’Europe. En même temps que Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Hugues Aufray, les Chats Sauvages et tant d’autres idoles des jeunes.

Grâce à ces cinq lurons, âgés entre 15 à 18 ans, le petit village de Chailly fut pendant deux ans, un peu le centre du monde… "

SR